Tout savoir et connaître sur le korat - Elevage des Introuvables, Chaterie de Korats

Elevage des Introuvables

Aller au contenu

Tout savoir et connaître sur le korat

Tout sur le Korat
Tout connaître sur le Korat


L'histoire du Korat se décline aujourd'hui sur tous les continents.
Il n'en a pas été ainsi durant des siècles!
Trésor caché des hauts plateaux du Nakhon Ratachasima, en Thaïlande...

...on trouve des traces très anciennes attestant l'existence de cette race dans les Tamra Meow (Traité des Poèmes du Chat) compilés depuis la période Ayudhya (1350-1767) à la Bibliothèque Nationale de Bangkok.
                                                                                                      
Dans son pays d'origine, on l'appelle usuellement Si Sah-Waht (littéralement, couleur du Sawat, Sawat ayant plusieurs significations, notamment celle de prospérité et de chance). Une autre signification en thaï se réfère à un ton mélange de gris et de vert lumineux: la couleur des graines d'un fruit sauvage non comestible: le Look Sawat.

La couleur du Korat est toujours bleue avec des pointes d'argent à l'extrémité, sa désignation est « silver tipped blue ».

Les poètes chantaient jadis déjà sa beauté:
"Le chat Maled* a le corps de la couleur du Doklao*
Sa fourrure est fine, son sous-poil est comme les nuages, teintés d'argent à chaque extrémité
Ses yeux brillent comme les gouttes de rosée sur les feuilles du lotus"
*Maled signifie graine,
* Doklao est le mot souvent utilisé pour désigné le Korat dans l'antiquité, il vient de Dok: la fleur et de Lao, une forme de citronnelle sauvage. Tous ces termes insistant sur l'argenté et le soyeux de son pelage. Dans sa province naturelle, le Pimaï, on peut penser que la présence de nombreux granits lui a permis de se fondre dans le paysage, comme le suggéra Mr Robins en 1906.

On attribue son nom « Korat » au Roi du Siam Rama V (1869-1910), qui demandant d'où était originaire ce joli chat, se serait entendu répondre "du Korat". Il l'aurait alors baptisé ainsi.
Certaines races de chats sont considérées comme symbole des meilleures augures par les Thaïs. L'argent augure de la prospérité: c'est la couleur des nuages qui apportent la pluie et le vert celle des jeunes pousses de riz, présage d'une bonne récolte...
Dans certains villages du Nakhon Ratchasima, il est toujours de coutume de promener un « Si Sah-Waht » en procession afin d'émouvoir les dieux sur le sort de cet animal sacré qui miaule, selon eux, pour intercéder auprès des Dieux et apporter la pluie.


Une autre tradition veut qu'un couple de Korat soit offert aux nouveaux mariés pour garantir leur fortune!

Croyances populaires et mythes abondent sur le Korat, c'est tout l'esprit d'un peuple passionné par les chats et subjugué par ses mystère qui se révèle à travers ces légendes.

Ce chat bleu n'a cessé de captiver les amoureux des félins occidentaux depuis plus d'un siècle.
Il semblerait que le plateau du Khorat, au nord-est du pays, aie favorisé son développement. Peut-être que le mimétisme entre les roches de cette région particulièrement graniteuse et son pelage en est la cause.

Compagnons privilégiés des moines et des hauts dignitaires thaïs, il fut l'objet de soins et d'égards très particuliers et il commença à tisser cette intelligence si caractéristique de son tempérament d'aujourd'hui.

Bien qu'arrivé dès le 19 ème siècle en Angleterre, presque en même temps que son cousin le Siamois, il aura fallu attendre la fin des années 50 pour voir se développer un programme d'élevage spécifique aux Etats-Unis.

Il a réussi en quelques années à être reconnus par toutes les associations félines même s'il demeure encore rare. Il a fait l'objet d'une protection accrue sous l'impulsion de la Korat Cat Fanciers Association (KCFA), en particulier aux USA et dans quelques pays d'Europe, et notamment en France depuis 1988.
Sawadikop ( Bonjour en Thaï) !


Lhistoire du Korat a commencé en France en 1988. Lamitié qui liait Daphne Negus et Anne Kriese en est à lorigine. En effet, Daphne navait pas tari déloge concernant cette race, alors inconnue en France.


J'ai été moi aussi bientôt fasciné par ces chats énigmatiques préservés pendant des siècles. Je commençais dans lélevage de chats de race et, sur les conseils dAnne Kriese, nous sommes aller découvrir cette race à Londres au cours dune exposition féline.

Là-bas, nous tombâmes sous le charme des Korat de Mr & Mrs Hard. Leurs yeux dun vert démeraude nous subjuguèrent !

J'entrais alors en contact avec Helen Hawkins (Koorahk*) et Doris Langford (Jing*) pour tenter dobtenir un couple aux lignées différentes. Alors âgé de quinze ans, jai dû travaillé tout un été pour économiser largent nécessaire. Mais jétais tellement déterminé.

La surprise vint alors des USA, une paire de Korat (comme le veut la tradition) fut offert par lélevage Muaythai* à Anne Kriese par l'intermédiaire de Daphne, suivis très rapidement par l'arrivée de Jings Phai Lin of Passaya.


Muaythai* Diwan Damrong et sa sœur Muaythai* Dussehra Dulcie furent exposés pour la première fois à Paris cette même année.


En juillet 1989 naissait la première portée de Korats en France du mariage de Diwan et de Phai Lin dans un petit village du sud du pays. Très vite le Korat remporta de nombreux succès et fut sur le devant de la scène, spécialement dans le sud de la France.


Un autre étalon arriva, d'Angleterre cette fois : Koorahk* Phra Kwahm of Passaya*, qui, comme Phai Lin était né le même jour que moi : un dix-huit mai.
Anne Kriese importa aussi dautres sujets : Jing*s Jessica et Jenanca* Jeudi.

Cette même année, Claudine Dotte (Yunagor*) se lança avec nous dans l'aventure de lélevage et constitua le premier foyer parisien pour la race. Les Korats étaient de plus en plus remarqués en exposition.

Dautres importations allaient suivre en provenance des USA (Gentlegift*, Jing*, Soigne*), dAngleterre (Jenanca*) mais aussi de Scandinavie (Jonas*).

Nos efforts furent récompensés par Passaya Ginee-Bon qui décrocha le titre surprême de Best Cat en premiorat de la Division Internationale de la CFA. Elle fut suivie par Passaya* Fundon Thani, second meilleur Korat de lannée de la CFA en 1995 au niveau mondial!

En 1993, Alain Garrigues (Grisegura*) rejoint notre groupe. Après ma cessation dactivité en 1994, il récupéra avec Anne Kriese et Judy Buckle mes reproducteurs.

Cependant les années qui suivirent allaient décimer en partie lélevage français. La mise en place dun livre unique ainsi que des lois répressives concernant lélevage familial plongèrent nos chatteries dans la clandestinité ou la réduction draconienne de portée.

Cependant d'autres éleveurs reprirent le flambeau fin des années 90, en particulier Sylvie Robert (Cœurs de Muangthaï*), Mme Gouny et M. Deljary (Jacatou*).

Grâce à Sylvie Robert, je pus recommencer mon élevage en 2000, en mariant Passaya* Sajja Kalaya et Calypso v. Rominten*. Une des femelles de cette portée, Passaya* Rajsima Paramour est à l'origine dune nouvelle ère pour nos Korats.

Cette fois-ci c'est de la chatterie de Stephan Franke (Baan Thai*) qu'arriva Khy-Mook, suivi en 2004 par une import thaïe Korathai Ton Narm et une femelle américaine Lovesumalee* Lady Blueberry. Une autre passionnée vient également d'importer des Korats de chez Jean-Marie VandenBosch (Napha Naramit*) et un programme de coopération international préfigure, nous l'espérons, d'un avenir radieux pour nos chers petits Thaïs « porte-bonheur » !


Pris du site de Frédéric Goedert, Chatterie Passaya


Rte des Combes 1, 1772 Ponthaux
Retourner au contenu